Né sous une bonne étoile d’Aurélie Valognes

Lorsque nous rencontrons Gustave, il n’a que 6 ans et des rêves plein la tête. Pour sa rentrée au CP, il veut faire bonne impression et y met tout son cœur. Malheureusement cela ne se passe pas comme prévu et on lui attribue l’étiquette de cancre. Cette étiquette le poursuivra toute une partie de sa scolarité, jusqu’au jour où…

Éditions Mazarine – 326 pages

Résumé : A l’école, il y a les bons élèves … et il y a Gustave. Depuis son radiateur au fond de la salle, cet éternel rêveur scrute les oiseaux dans la cour ou les aiguilles de la pendule qui prennent un malin plaisir à ralentir. Il aimerait rapporter des bonnes notes à sa mère, mais ce sont surtout les convocations du directeur qu’il collectionne. Pourtant, Gustave est travailleur. II passe plus de temps sur ses devoirs que la plupart de ses camarades, mais contrairement à Joséphine, sa grande-soeur pimbêche et première de classe, cela ne rentre pas.
Pire, certains professeurs commencent à le prendre en grippe et à le croire fainéant. Parfois, il suffit d’un rien pour qu’une vie bascule du bon côté… Un roman universel, vibrant d’humour et d’émotion


Aurélie Valognes signe un de ses plus beaux livres. Un roman bourré de tendresse qui aborde le sujet de l’échec scolaire en nous poussant à la réflexion sur le système éducatif en France. Cultiver sa différence, prendre confiance en soi et ne pas avoir peur d’être soi-même sont des valeurs auxquelles nous devrions tous être initiés à l’école.

Les personnages sont si attachants que j’avais l’impression qu’ils existaient. Gustave m’a fait de la peine à de nombreuses reprises et ça me retournait de voir qu’il était catalogué de cancre alors qu’il faisait tout pour avoir de bonnes notes.
Joséphine, sa sœur, et Noémie, sa mère, apportent un autre point de vue sur l’école et sur les parents qui font face à la difficulté de leurs enfants.
Vous rencontrerez aussi une galerie de professeurs qui vous rappelleront de nombreux souvenirs, les bons comme les mauvais.

« Il avait suffit de peu : de l’attention, une main tendue et un peu d’amour. Parfois, dans la vie il suffit de trois fois rien pour être sauvé. »

C’est avant tout un roman humain qui devrait être mis entre les mains de nombreux adolescents. C’est un message d’espoir pour tous ceux qui ont du mal à l’école. Il suffit parfois d’une main tendue pour révéler ce qu’il y a de meilleur au fond de nous.

J’ai eu la chance, grâce au concours sur @babelio, de pouvoir découvrir ce roman en avant-première et d’assister à la soirée de lancement de l’autrice. Aurélie Valognes, en plus d’être une autrice hors paire et une femme bienveillante et douce avec qui j’ai adoré échangé. Je ne peux donc que vous recommander de vous laisser porter dans la vie du petit Gustave. Rendez-vous le 4 mars dans votre librairie préférée 🎈


Même quand on croit que c’est la fin, rien n’est perdu. Il suffi d’une main tendue pour retrouver le bon chemin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s